Ceinture Aliment-Terre Liégeoise

Présentation

catl_logoLa Ceinture aliment-terre liégeoise émane d’une coalition d’acteurs citoyens, économiques et culturels de la région liégeoise engagés dans le projet de transformation en profondeur du système alimentaire régional.

Ces dernières années, à contre-courant de la tendance à la disparition d’un nombre important d’exploitations agricoles et d’une perte de souveraineté alimentaire régionale et, plus largement, européenne, des dizaines d’initiatives de production et de commercialisation alternatives se sont lancées en région liégeoise ; des projets concrets de production, de formation, d’accompagnement à l’installation, ont vu le jour, de nombreux  consommateurs se sont organisés en soutien à l’agriculture locale, privilégiant souvent la coopérative, sous forme de commerces ou de groupements d’achat.

D’autres projets sont dans les cartons : alimentation de cuisine collective en circuits courts, ferme-pilote agroécologique, épicerie de produits locaux, hall relais agricole, etc.. Ce développement est un mouvement de fond qu’il semble souhaitable d’accompagner et de structurer : création de chaînons manquants, mutualisation d’outils, innovation technique ou culturale, etc.

La Ceinture aliment-terre liégeoise veut poser les bases d’une réflexion et d’un plan d’action pour que la part locale des biens alimentaires consommés en Province de Liège grandisse de manière significative. Pour cela, il faut connaître les besoins précis des acteurs du secteur et se donner les moyens d’y répondre, via une filière économique encore largement à créer.

La mobilisation que nous mettons sur pied doit aboutir à des projets concrets, la Ceinture aliment-terre liégeoise étant la plate-forme qui facilitera le développement d’initiatives multiples allant toutes dans le sens d’une plus grande part de marché pour les produits locaux, « bons, propres et justes », accessibles à l’ensemble de la population.

serre130814 fromages seeds

Principes fédérateurs et intentions du projet

Ce qui a guidé les promoteurs du projet dans la perspective du Forum ouvert du 6 novembre :

  • Favoriser l’accès de tous à une nourriture de qualité, produite dans des conditions écologiquement et socialement décentes.
  • Renforcer la souveraineté alimentaire des populations, ici comme ailleurs.
  • Soutenir le développement de modèles d’agriculture, d’élevage et de transformation alimentaires moins dépendants des ressources non renouvelables et plus respectueux des écosystèmes et de la santé humaine.
  • Se réapproprier collectivement les enjeux de la filière alimentaire et construire des alternatives crédibles contribuant à récupérer la marge économique captée par les acteurs de la grande distribution via ses centrales d’achat, afin de rendre un véritable pouvoir économique aux producteurs et aux consommateurs. Pour ce faire, privilégier les acteurs de la distribution qui n’ont pas la maximisation du profit pour principale finalité – d’où notre référence à l’économie sociale et au circuit court.
  • Contribuer à la redynamisation de l’économie liégeoise et à la création de nombreux emplois autour de projets qui consacrent la primauté du travail sur le capital, en matière de production, de distribution et de transformation alimentaire – ce dernier type d’activité, générateur d’une forte valeur ajoutée, étant particulièrement sous-développé en Wallonie.
  • Créer une alliance ville-campagne sur le mode : la campagne nourrit la ville, la ville soutient l’agriculture locale, notamment paysanne et/ou agro-écologique, par ses choix de consommation, d’épargne et d’investissement.
  • Favoriser la rencontre entre les acteurs professionnels de la chaîne alimentaire et les consommateurs, ainsi que la reconnaissance de leurs intérêts réciproques. À partir de là, définir ensemble ce qu’est la qualité de l’alimentation dans toutes ses dimensions (organoleptique, gustative, sanitaire, écologique, sociale), accepter collectivement d’en payer le prix, et répartir ce prix de manière juste.
  • Construire un réseau d’acteurs et des synergies sur un mode de coordination décentralisé.
  • Faire le choix de l’ouverture : nous sommes désireux de travailler/réfléchir avec tous ceux qui partagent globalement les principes et objectifs énoncés ici, qu’ils soient labellisés bio ou pas, qu’ils se réclament de l’économie sociale ou pas, etc.

6-11-Forum_ouvert-CATL

Méthode de travail

La première phase du projet, toujours en cours, passe par la constitution d’une large coalition d’acteurs citoyens, institutionnels, académiques, économiques, sociaux, et bien sûr agricoles (voir la rubrique Partenaires et soutiens).

La deuxième phase consiste à créer collectivement une stratégie qui permettra une mise en réseau, un essaimage et un changement d’échelle des alternatives existantes au niveau de la province de Liège. Pour ce faire, nous utiliserons des méthodes participatives de production d’intelligence collective (notamment le Forum ouvert). Nous voulons que le mode d’organisation et de construction de ce projet soit conçu avec les acteurs qui le mettront en œuvre.

Cette stratégie devra nous permettre de répondre à des enjeux et à des questionnements très concrets, par exemple : Par quels mécanismes rendre accessible au plus grand nombre, et en particulier aux revenus les plus modestes, l’alimentation locale de qualité que nous voulons favoriser ?  Comment s’assurer que nos cantines scolaires puissent demain être approvisionnées prioritairement par des produits sains, locaux et de saison ? Quelles activités de transformation créer en région liégeoise, et comment les financer ?  Comment faire évoluer la demande alimentaire conjointement à l’évolution envisagée de l’offre ? Pour répondre à toutes ces questions, les alliances nouées avec le monde de la recherche scientifique seront décisives.

Parallèlement à l’élaboration de cette stratégie, nous construisons sans attendre les projets économiques déjà identifiés comme des chaînons manquants de la filière alimentaire de demain.

 

Author: Christian

Partager sur