Merci à Célia, Florence et Eléanore (stagiaires CATL) pour la rédaction de cet article

Dans le cadre de ses objectifs de transformation du système alimentaire local, la CATL se penche sur les enjeux de la transition écologique de l’Horeca liégeois. Depuis plusieurs années des restaurateurs engagés proposent des plats à base de produits en circuit-court et pour certains participent au festival Nourrir Liège mais cela ne concerne qu’une infime partie des plus de 4000 points de distribution alimentaire du territoire de la Ville de Liège.

Après des entretiens avec des restaurateur.trice.s, deux problématiques majeures émergent : le coût des produits et les trajets liés à leur approvisionnement. 

Le principal obstacle sur le plan financier réside dans l’idée que les produits bio et locaux sont plus coûteux. Certains restaurateur.trice.s estiment qu’une sensibilisation plus poussée des consommateur.trice.s aux coûts réels de production pourrait aider à atténuer cette perception, particulièrement face à la concurrence déloyale de tarifs plus bas proposés par certains fournisseur·sseuse·s. 

L’approvisionnement en produits bio et locaux présente des défis logistiques majeurs. Les gros déplacements depuis plusieurs petit.e.s producteur.trice.s entraînent des coûts en essence et en temps.

Certain·es restaurateur.trice.s se retrouvent souvent à court de produits, les obligeant à compléter avec des articles de grandes surfaces. 

Malgré ces obstacles, des solutions émergent, telles que la collaboration entre restaurateur.trice.s et producteur.trice.s, la recherche de subventions et des initiatives de sensibilisation. Ces défis doivent être perçus comme des opportunités pour développer de nouvelles approches, facilitant l’accès à une cuisine bio et locale, bénéfique pour la santé et l’environnement.

Dans le cadre du festival Nourrir Liège 2024, une table ronde sur la transition écologique dans l’Horeca (« l’Horeca liégeois plus chaud que le climat ») est organisée le 15 avril avec la présentation de la fédération Canopea qui partagera les résultats d’une recherche de terrain dans la restauration namuroise.

Par ailleurs, ce même-jour, Miah Amoun, un restaurateur bangladais établi à Liège, préparera un repas dans le cadre de la conférence de l’entrepreneure sociale Runa Khan (au Sart Tilman avec le Greenoffice). Ce dernier a choisi de relever le défi d’utiliser des produits biologiques et locaux pour préparer ses plats, suite à la proposition de l’équipe du festival, démontrant son intérêt pour une prise en compte de la durabilité environnementale. Cependant, les coûts supplémentaires liés à ces produits restent un obstacle majeur; c’est pour cette raison que le Greenoffice a décidé de financer cet effort. 

Participez à la table ronde en vous inscrivant sur ce lien : https://forms.office.com/e/10EDstvmr0

Participez au repas bangladeshi sur ce lien :