Dans le cadre du projet de ville « Liège 2025 » la Ceinture Aliment-Terre Liégeoise a soumis une proposition de création d’une régie agricole sur le territoire de la Ville de Liège afin de fournir ses collectivités en légumes. C’est un projet qui nous semble essentiel et sur lequel nous réfléchissons depuis plusieurs années, et dont l’inspiration première est la Ville de Mouans Sartoux (Lire l’article du compte-rendu de la conférence de Gilles Pérole de juillet 2018).

La régie agricole communale permet à un ville de fournir aux cantines scolaires/collectivités gérées par la commune des légumes, à la fois bio et locaux. La ville salarie des maraîchers à cet effet en leur fournissant les terres et le matériel nécessaire.

La mise en place d’une régie communale agricole ne se fait pas en une seule fois. C’est un projet qui demande un investissement progressif qui dure nécessairement plusieurs années avant d’être élaboré et de pouvoir répondre intégralement aux objectifs. Ce type de projet s’impose finalement pour pallier au manque d’offre en produits locaux et biologiques.

Les cahiers des charges, de part leur exigence au niveau du prix, tirent souvent la qualité des aliments vers le bas et ne permettent pas vraiment de consommer local. Dans le cas d’un régie, celle-ci peut directement fournir ses collectivités en légumes sans passer par un cahier de charges et donc amener une qualité supérieure et locale dans les assiettes.

Un autre avantage est également d’enfin salarier correctement les « travailleurs de la terre » et de leur donner un meilleur cadre de travail. De nombreux jeunes souhaitent travailler dans le milieu agricole mais n’en ont pas les moyens financiers alors qu’ils ont toutes les compétences. Cela permettrait de relocaliser des emplois très utiles et de les pérenniser sur le long terme.

La ville de Liège pourrait être aussi fière de pouvoir dédier un espace à l’agriculture plutôt qu’à l’urbanisation. Le concept est novateur tout en permettant de maintenir une tradition locale et une culture paysanne. La dimension sociale, voire pédagogique est mise en avant. Pour les écoles, on expose aux enfants grâce à ce projet les enjeux environnementaux en les liant aux questions de bien-être et de santé. Les communes pratiquant la régie communale notent à cet effet une diminution importante du gaspillage

Soutenir Ce Projet